Un peu d’histoire

Un jour de printemps 1987,  le jeune Frédéric Coutif, coureur émérite de l’association cycliste Parisis Athlétique Club (PAC95), fédérant alors les communes de Sannois et Franconville, s’inscrit par curiosité à une épreuve combinée à Vernon, dans l’Eure. Le résultat est plutôt encourageant : une 3ième place convainc son père, Jacques, alors président de l’association, de créer une section de duathlon-triathlon. Reste à former un collectif, et quoi de mieux que de se tourner vers d’autres spécialistes. Vittorio De Angelis et Alain Verbrugghe, amis de longues dates, marathoniens et membres du club d’athlétisme de Franconville, magnétisés par les exploits de Mark Allen à Nice, se voient rapprochés par Jacques Coutif : autour d’une même table s’ébauche rapidement la future section triathlétique du PAC. C’est dans un premier temps Jacques Coutif qui assume la présidence de la section triathlon, que les trois compères, avec un clin d’œil humoristique, décident d’appeler TSF. Il ne s’agit pourtant pas de télégraphie sans fil, mais bien de triathlon : le Triathlon Sannois Franconville. Coutif se charge de l’adhésion du TSF au CONADET (Comité National pour le DEveloppement du Triathlon),  mouvement associatif embryon de la future fédération française de triathlon.

Les infrastructures (bassins, piste d’athlétisme) des communes de Sannois et Franconville sont rapidement partagées par les clubs déjà bénéficiaires, si bien qu’en janvier 1988, les premiers entraînements débutent après la première réunion des adhérents (11 licenciés). Vient l’heure des premières participations aux compétitions, encore à géométrie variable à l’époque. L’engouement des débuts est confirmé au fil des mois. Avec le club de Maisons-Laffite, aujourd’hui disparu, il est même imaginé d’organiser une compétition Longue Distance autour de la base nautique de Cergy. L’épreuve voit le jour en juin 1989 (3,8-120-30) et ce pour trois éditions, Maisons-Lafitte se chargeant de la partie administrative et de la natation, la responsabilité du parcours cycliste, du chronométrage, et de la tenue du parc à vélos revenant au TSF.

En 1990, Jacques Coutif, débordé par ses nombreuses occupations et la section triathlon commençant à s’étoffer, doit passer le relais de la présidence à Alain Verbrugghe.

De 1988 à 1992, le triathlon étant encore un sport en plein balbutiements, les résultats ne se firent pas attendre : qualification systématique à la coupe de France des Clubs, podiums par équipe sur de nombreuses épreuves. Les titres de champion du Val d’Oise en individuel (féminin et masculin) et par équipe n’échappent alors jamais au club du Parisis. Il voit éclore de jeunes talents, dont certains glaneront quelques distinctions au niveau national et international, parfois sous d’autres couleurs : Marie Line Vizerne (épouse Hamon), Maxime Hamon et Stéphane Janssoone. Parallèlement à l’activité sportive de compétition, une section scolaire de Triathlon UNSS voit le jour en 1994 au Collège du Bel Air à Franconville, animée par Franck Granmoujin. Le TSF collabore alors étroitement avec celle-ci afin de promouvoir le triple effort auprès des catégories les plus jeunes et d’en faciliter l’accès. Le TSF croît en effectif : on ne compte plus les doux dingues de l’Embrunman, les fêlés bravant les eaux glaciales du triathlon Sprint des Mureaux, les aficionados du raidard de Milon-la-Chapelle du «  D.O. » de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Une période de transition se dessine à l’approche du nouveau millénaire, sous la présidence de Christophe Caron : triathlons verts, raids multisports de toutes saisons, courses d’orientation, les ardeurs des triathlètes du Parisis, toujours enthousiasmés, se dispersent au gré de défis en permanence renouvelés. Du point de vue individuel, Catherine Gance et Romuald Lavaud se distinguent ponctuellement au niveau national. On compte toujours quelques sélections aux Championnats de France, Courte et Longue Distance, aussi bien en triathlon qu’en duathlon, parfois en catégorie Élite mais surtout en Groupes d’Age. Deux épreuves sont de nouveau organisées : le Bike-and-Run du Parisis, ainsi que le Raid du Val d’Oise, sous l’impulsion de Philippe Pastor et Alain Verbrugghe (encore lui !).

Fin 2004, le TSF prend son envol. La section triathlon du PAC disparaît pour laisser sa place à une association à part entière. C’est le président Frédéric Trésal-Mauroz qui officie en cette période charnière. Grâce à sa volonté de dynamiser le TSF, on renoue avec la compétition de haut niveau : le Championnat de France de triathlon Deuxième Division nouvelle formule (2006). Malgré la motivation, il faut toutefois se résigner à la relégation, mais rendez-vous est fixé pour les années à venir.

En dépit de la disparition de la section scolaire, la jeune présidente Aurélie Socha inaugure en 2006 avec fierté l’école de Triathlon, qui doublera son effectif en 2007. Toujours grâce à sa présidente, le Bike-and-Run se mue en triathlon, en plein centre de Franconville : toutes les catégories d’âge peuvent y participer, depuis les Benjamins jusqu’aux Vétérans.

Depuis le TSF n’a cessé de grandir sous l’impulsion de Pascal Enfert, le Président actuel et de son équipe. Fort de plus de 140 adhérents dont près d’une trentaine d’enfants et de plus en plus de femmes, le club est présent sur les principales courses, propose un challenge groupe chaque année (Ironman de Nice, Engadin swimrun …) et multiplie les initiatives pour rendre le triple effort attractif et accessible à tous (mini-stages, les Bisounours, les Casques Roses).   La grande fierté du TSF est d’avoir su se développer depuis presque 30 ans en accueillant toujours plus de passionnés de tous âges tout en conservant son esprit familiale qui le rend si attachant.